Le PS veut imposer un code éthique dans le sport

En cas de non-respect, les fédérations pourraient être privées de subsides

BRUXELLES Sombre actualité dans le football : un juge de ligne tabassé à mort au Pays-Bas, un arbitre violemment frappé par le père d’un joueur près de Huy, des insultes tous les week-ends lors des matches de jeunes…

“Cela fait trois ans que j’ai la volonté de mettre en place un système dissuasif. Avec l’actualité récente, j’ai décidé de déposer une proposition de décret” , nous annonce Béa Diallo, député PS de la Communauté française (ou Fédération Wallonie-Bruxelles) et ancien boxeur professionnel.

Sa proposition entend défendre l’éthique dans le sport – pas uniquement dans le football – via “l’adoption d’un code d’éthique sportive en Communauté française et la mise sur pied d’une commission d’éthique” . Point fort : “Le code sera contraignant” sous peine de sanctions contre les fédérations.

La proposition met l’accent sur cinq éléments :

La création d’une Commission de l’éthique dans le sport composée de 21 membres. Dont un représentant par fédération sportive de plus de 5.000 licenciés (foot, rugby, tennis, volley, basket, athlétisme, pétanque, gym, tennis de table, etc.), des experts du sport et le Délégué général aux droits de l’enfant.

Elle aura pour missions d’élaborer le code éthique, de prononcer les éventuelles sanctions, de remettre des avis, de promouvoir le fair-play,…

Dans un premier temps, le code d’éthique sportive sera celui adopté en 1992 par l’Unesco. Il pourra ensuite évoluer en fonction d’une proposition du ministre des Sports. À cet égard, le ministre actuel André Antoine (CDH) a été mandaté par le Parlement il y a peu.

Chaque fédération devra désigner un référant , une personne en charge de l’éthique à laquelle pourront s’adresser les clubs et les joueurs en cas de problèmes ou de questions.

Le prix du fair-play de la Communauté française va acquérir une base décrétale et sera obligatoirement remis chaque année. Le vainqueur en sera le porte-drapeau pendant un an.

L’éthique sera incluse dans les formations permettant l’octroi de subsides.

Des sanctions seront donc prévues. Elles seront prononcées par la Commission et validées par le gouvernement de la Communauté. L’octroi de subsides aux fédérations sera conditionné au respect du code éthique. Et une partie de ces subsides pourra être retirée en cas de non-respect manifeste du règlement – y compris en cas de dérapage des supporters !

“Nous voulons responsabiliser les fédérations et les clubs” , conclut Béa Diallo. Qui espère faire voter le texte pour le début de l’année prochaine (Ecolo et CDH auraient donné leur accord de principe) et lancer le processus dès le mois de mars.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *