Education, culture, sport … Discours du 6 octobre 2015

Chers Camarades,

Enseignement

Enseignement, culture et sport… c’est plus largement d’accès à l’éducation qu’il est question.

Et en ces temps de peur, de crise, de repli, l’enseignement est L’ENJEU central. Que l’on parle du défi représenté par l’accueil des migrants (d’où qu’ils viennent), que l’on parle de la réduction des inégalités sociales, que l’on se demande comment redonner du sens  à la participation citoyenne et politique, que l’on s’interroge sur le vivre-ensemble, on en revient toujours à la question de l’enseignement.

Nous le savons, l’enseignement a pour objectif de former des citoyens responsables, critiques et ouverts au monde. Il se doit de développer les compétences qui assurent à chacun de s’émanciper, de s’épanouir tant au niveau personnel que professionnel.

C’est pourquoi,  il est important que chaque élève puisse accéder à un enseignement de qualité ! Or ce principe de base ne correspond plus à la réalité.

L’une des raisons essentielles est le manque criant de places dans les écoles bruxelloises. Notre offre scolaire arrive à saturation ! Il faut agir ! Créons de nouvelles places là où les besoins sont les plus criants et n’ayons pas peur de proposer des projets pédagogiques innovants ou alternatifs !

Les socialistes bruxellois, à chaque niveau de pouvoir où cela est possible, se battent pour faire sortir des écoles de terre et créer de nouvelles places. (Saint-Gilles en est un bel exemple mais il y a aussi l’action de Fadila au niveau de l’enseignement qualifiant de la Cocof où elle prévoit la construction de  1.500 places supplémentaires). Cet enseignement qualifiant  me tient particulièrement à cœur en tant qu’échevin de l’emploi et de la jeunesse . Notre enseignement hiérarchise et relègue. L’enseignement qualifiant n’est malheureusement pas assez souvent un choix positif. Or, lorsque l’on regarde la liste des métiers en pénurie, un grand nombre est issu de l’enseignement secondaire supérieur technique ou professionnel.

Une autre priorité est la lutte contre l’échec scolaire. Aujourd’hui, notre système éducatif compte un nombre très élevé de redoublements. Inverser la tendance est possible, notamment en organisant une heure d’étude dirigée gratuite pour TOUS les élèves, dans CHAQUE école primaire !

Pour y parvenir, il faut certes de la volonté politique et des moyens mais aussi et surtout des enseignants !  La création de places signifie qu’on aura également besoin  de plus d’instituteurs et de professeurs motivés et formés. Revalorisons la profession !

Il est de notre devoir en tant que politique mais surtout en tant que socialiste de redonner à l’école son rôle d’ascenseur social, son lieu de tous les apprentissages. Elle permet à chaque jeune d’y acquérir les savoirs, savoir-être et savoir-faire nécessaires à son épanouissement dans la société actuelle.

Si l’enseignement est un énorme pilier de l’éducation, ce n’est pas le seul. Si nous voulons former des CRACS, des citoyens responsables actifs, critiques et solidaires, nous devons aussi nous pencher sur les politiques culturelles et sportives.

Culture

La culture est primordiale à l’émancipation de nos jeunes. Elle constitue plus qu’un symbole pour ce secteur qui depuis toujours a permis de combattre les inégalités et de faire tomber les barrières des préjugés.

La culture est, comme l’enseignement, l’emploi ou le logement un ingrédient qui permet de lier les gens, les quartiers, les communautés et les cultures entre-elles.

Nous devons continuer à investir dans la culture, à soutenir les initiatives des jeunes. Notamment ceux qui, au travers l’art de la scène, de la musique, de la peinture ou de la danse transmettent des messages de vivre ensemble, de valeurs communes.

Sur un plan plus large, il est indispensable de renforcer les acteurs éducatifs et culturels, à l’école et hors de l’école, qui ont pour mission d’éveiller les jeunes à l’esprit critique et à l’exercice de l’intelligence contre les explications simplistes et haineuses de notre société.

Sport

Et bien sûr un mot sur le sport, vous savez que c’est mon dada, ma grande passion. Le sport est un outil précieux de cohésion sociale et un facteur de santé, il doit être accessible à tous.

Par ailleurs, il faut miser sur le potentiel intégrateur du sport (ainsi que d’autres pratiques culturelles d’ailleurs) avec l’idée finale de proposer un encadrement sportif à des jeunes en décrochage scolaire et/ou social, et un accompagnement individualisé dans des démarches d’intégration plus larges, notamment en matière d’insertion socioprofessionnelle.

En outre, le sport est un vecteur de valeurs et peut contribuer à l’adoption par les pratiquants d’une attitude d’éthique dans leur sport mais aussi à l’école, en famille. Le respect est un engagement qui se vit au quotidien et à tous les niveaux. Il est le garant d’une vie collective sereine.

Conclusion

Je conclurai en vous disant que le vivre ensemble qui est au centre de nos préoccupations passent par la réalisation de tous ces défis.

Offrir à chaque jeune les mêmes chances, assurer la gratuité de l’école, développer le soutien scolaire et l’offre culturelle …  tant de choses restent à faire. Mettons-nous au travail !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *