L’aide aux plus démunis

L’aide aux plus démunis

À Ixelles comme ailleurs, nombreuses sont les personnes qui suite à un accident de parcours ou à l’accumulation des mesures antisociales adoptées ces dernières années se retrouvent en situation de grande précarité ou de sans-abrisme. De nouvelles approches de nature systémique tentent de répondre aux besoins complexes de ces personnes, dans une perspective d’autonomisation et, en tous les cas, de respect et de dignité.

Le service prévention d’Ixelles avec les éducateurs de rue et leurs partenaires mènent actions, réflexions et sensibilisations en ce sens. C’est dans cette perspective qu’est née la CISA : Concertation Ixelloise contre le Sans-Abrisme, qui réunit un grand nombre d’acteurs issus des services communaux, du CPAS et du secteur associatif spécialisé sur la question du sans-abrisme, afin de favoriser les articulations entre les différents secteurs (santé, logement, emploi, propreté,…) et de développer un lieu de coordination au niveau de la commune en matière de sans-abrisme.

Une politique socialiste se doit de sortir de la charité ponctuelle en misant structurellement sur l’inclusion, le respect, la dignité et l’autonomisation des personnes, notamment par un accompagnement global et individualisé.

Vu la complexité des besoins spécifiques des personnes sans logement, l’accompagnement proposé doit est le fruit d’une multitude d’acteurs allant des éducateurs de rue aux équipes psychomédicales en passant par les assistants sociaux et les conseillers formation et emploi. Il se doit d’être structurel, pour sortir des dynamiques d’aide d’urgence ponctuelle, hiver après hiver, et coordonné. De très nombreuses personnes, institutions, associations ou collectifs offrent des services de leur côté. D’où la nécessité de réunir en plateformes toutes les compétences communales, régionales, associatives.

Des actions peuvent être menées à plusieurs échelles : édition de cartes avec pictogrammes recensant tous les services et infrastructures disponibles sur le territoire (accès à l’eau, à la nourriture, aux soins, à un accompagnement administratif…) ; lieux d’accueil de jour donnant l’occasion de se réchauffer autour d’un café et d’une soupe, voire de prendre une douche, mais aussi de rencontrer de façon récurrente et dans une ambiance chaleureuse des professionnels de l’accompagnement et de la réinsertion ; mise en place de toilettes publiques…

La cohabitation entre certaines personnes précarisées, les commerces et les habitants ayant donné lieu à des incidents, la CISA mène également un travail de médiation et d’information afin d’éviter les dynamiques d’expulsion et de rejet et de favoriser un partage pacifié de l’espace public dans le respect de chacun.

Enfin, pour ouvrir des perspectives de sortie d’une situation de grande précarité, la satisfaction des besoins primaires au quotidien est nécessaire mais pas suffisante. Un accompagnement global et personnalisé est souhaitable pour retisser les liens sociaux, économiques, administratifs, scolaires, affectifs, psychologiques… déchirés. Mais pour entamer ce travail, une stabilité minimale et une sécurité physique (alimentation, hygiène, violence) sont indispensables. C’est la philosophie des projets de type « housing first » qui vise à casser la spirale de la survie et de l’urgence. C’est la multiplication de ces projets qui fera la différence, d’où la nécessité d’un travail de sensibilisation et d’exemple auprès des 19 communes bruxelloises et l’enjeu des projets-pilote. Ixelles est une commune pionnière à ce niveau.

À Ixelles :

  • Mise sur pied en octobre 2015 de la CISA
  • Réunions et dialogue avec les commerces et les habitants pour une cohabitation apaisée.
  • Projet pilote Housing First : accompagnement vers l’autonomie sur min. 2 ans de 2 familles en situation de très grande précarité.
  • Publication d’un outil cartographique à destination des personnes sans-abri et de toute personne ou organisation souhaitant orienter efficacement les personnes concernées.
  • Test en mars 2015 d’un dispositif d’accueil de jour à répliquer et consolider pour l’hiver 2016.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *