2 May 2017

Propositions pour emploi

Pour moi, l’emploi constitue la priorité absolue : c’est en créant des emplois de qualité que l’on donnera à chacun la place qu’il mérite dans la société et que l’on financera adéquatement la sécurité sociale pour garantir la solidarité.

Mais surtout, arrêtons les mesures isolées et refusons le nivellement par le bas des conditions de travail. Ce n’est pas en tentant de concurrencer les salaires polonais ou chinois que l’on créera de l’emploi chez nous. Pour le PS, c’est sur la créativité qu’il faut miser pour faire émerger des entreprises innovantes, garantes d’emploi durables.

Réunissons donc tous les acteurs concernés, publics, associatifs et privés, pour agir ensemble et de manière cohérente, de la création d’emplois à l’insertion en passant par l’enseignement et la formation.

Réorganisons les aides pour mieux soutenir l’emploi :

  •  Rationaliser et simplifier les aides à l’emploi autour d’un nombre limité de dispositifs avec des objectifs ciblés, en collaboration avec les interlocuteurs sociaux ;
  • Lier les aides publiques et avantages fiscaux à des objectifs d’emploi ;
  • Eviter les licenciements dus à l’interruption brutale des aides à l’emploi en prévoyant qu’elles diminuent progressivement ;
  • Mettre en place la portabilité des droits aux réductions de cotisations sociales pour qu’un travailleur licencié puisse continuer à bénéficier de l’aide à laquelle il avait accès chez un autre employeur.

Trop de jeunes se retrouvent sans perspective d’avenir. Battons-nous, pour que chaque jeune puisse bénéficier d’un emploi, d’une formation ou d’un stage

  • Mise en œuvre de la garantie jeune, un contrat de travail, un stage ou une formation dans les 6 mois de l’inscription comme chercheur d’emploi 
  • Veiller à ce qu’il n’y ait pas de nivellement par le bas des conditions de travail, des salaires, pas de précarisation à cause des politiques d’activation
  • Maintenir espaces de dialogue et d’information sur l’emploi en dehors des institutions « contrôleuses
  • S’appuyer sur ce qui marche déjà, créer des réseaux et des liens à partir de ce qui existe, notamment à l’échelon communal, identifier des bonnes pratiques et des projets-pilote à reproduire
  • Créer des cercles vertueux entre enseignement/formation/marché emploi, valoriser filières techniques et professionnelles tant au niveau de la communication qu’en créant des passerelles directes vers le milieu du travail
  • Focus sur la création d’emplois : interroger les acteurs du développement économique régional, les décideurs, les investisseurs et apporteurs de crédit, les entrepreneurs, y compris ceux qui ont l’insertion professionnelle dans leur objet social, les spécialistes et chercheurs, la CCFEE…

Donner à chacun la chance de trouver du travail et d’évoluer dans sa carrière

  • Poursuivre les mesures de réduction ciblées des coûts du travail en concentrant les efforts sur les bas et moyens salaires et sur les personnes faiblement scolarisées
  • Accompagner les demandeurs d’emploi le plus rapidement possible pour optimiser leurs chances de trouver du travail 
  • Adapter le plan d’accompagnement à la situation de l’emploi dans la zone du demandeur
  • Prévoir des procédures de contrôle adaptées aux travailleurs à temps partiel et aux chômeurs les plus éloignés du marché de l’emploi
  • Renforcer les dispositifs de réinsertion socio-professionnelle « articles 60 et 61 » (contrats de travail pour les bénéficiaires du revenu d’intégration, ex-minimex) mis en oeuvre par les CPAS dans le secteur public, le nonmarchand, l’aide aux personnes, l’économie sociale et les entreprises privées
  • Permettre aux bénéficiaires du revenu d’intégration de le conserver durant
    une période limitée après le lancement de leur activité entrepreneuriale
  • Favoriser la diversité (de handicap, de genre, d’âge, d’origine, etc.) au sein des administrations et des entreprises (sensibilisation, formation des responsables des ressources humaines à l’interculturalité, aide à la décision en matière de diversité culturelle et confessionnelle…)
  • Lutter contre les discriminations à l’embauche et soutenir des mesures qui favorisent l’objectivation des conditions de recrutement (par ex. CV anonyme). Il est également nécessaire de développer pour les demandeurs d’emploi les formations qui leur donneront les meilleures chances de trouver un emploi durable.
  • Mieux adapter les formations aux demandes du marché du travail et au profil des demandeurs d’emploi au moyen d’un tableau de bord faisant état des compétences disponibles parmi les demandeurs d’emploi et des métiers d’avenir
  • Renforcer les « plans langues » régionaux (plate-forme internet d’apprentissage, cours orientés « métier », séjours linguistiques, immersion, stage en entreprise…). Enfin, il faut également donner aux personnes qui travaillent la chance de pouvoir continuer à se former et évoluer dans leur carrière. Le PS propose de garantir à chacun un droit à l’acquisition et au développement de connaissances tout au long de la vie.
  • Offrir minimum 3 jours de formation par an à chaque travailleur
  • Encourager les entreprises qui investissent dans la formation de leurs travailleurs en leur permettant d’en déduire les frais à 120 %
  • Développer la valorisation des compétences, qui permet de faire état, dans un cadre reconnu par les pouvoirs publics, de ses expériences professionnelles pratiques comme on le fait pour ses diplômes et formations.

Favoriser le bien-être des travailleurs

  • Inciter les employeurs à engager des travailleurs à temps pleinAccroître le soutien aux entreprises qui expérimentent les formes volontaires et négociées de réduction collective du temps de travail
  • Favoriser le télétravail
  • Moduler davantage les horaires d’arrivée et de départ des lieux de travail
    Permettre aux demandeurs d’emploi de vivre dignement

Obliger les entreprises à assumer leurs responsabilités en cas de restructuration

  • Renforcer la loi Renault par le « droit d’alerte
  • Exiger le remboursement des aides publiques perçues en cas de licenciements collectifs

Soutenir l’emploi chez les femmes

  • Encourager télétravail (pour celles qui le souhaitent selon des modalités compatibles avec la fonction)Encourager flexibilité des horaires (idem)
  • Développement lieux de garde enfants bas âge « à la carte », y compris pour des périodes brèves
  • Promotion congé de paternité
  • Maîtrise outil informatique

Luttons contre les pièges à l’emploi

  • Continuer à augmenter le salaire poche des travailleurs, en ciblant prioritairement les bas et les moyens revenus (voir fiscalité)
  • Prolonger pendant une période limitée certains avantages sociaux lorsqu’un chômeur trouve un emploi à bas salaire ; 
  • Permettre à un chômeur qui trouve du travail et était sur liste d’attente pour un logement public de ne pas perdre les avantages liés à sa situation socioprofessionnelle.

Favorisons les entreprises qui participent à l’insertion professionnelle des jeunes. Aidons les PME à se lancer

  • Renforcer structures d’accompagnement à la création d’entreprisesPrimes à l’autocréation d’entreprises, facilités de crédit
  • Primes à l’embauche
  • Favoriser entreprises sociales
  • Faciliter accès à des financements à long terme, aux financements européens (guichets/portails dédiés, lobbying organisé sur le modèle « système »)